Que faire en cas de raideurs ou de tensions musculaires

Qui n’a jamais souffert de tensions musculaires? En clinique, on nous demande régulièrement   si nous avons déjà vu un adulte sans aucune tension musculaire. La réponse vient facilement : non!
Selon les individus, les tensions seront simplement variables en termes d’intensité et de localisation. Toutefois, comme vous l’aurez sûrement remarqué, certaines zones du corps sont plus sujettes aux tensions et aux contractures (cou, dos, épaules, fesses…).

Parfois, la personne en aura peu connaissance, n’ayant pas d’inconfort au quotidien. Néanmoins, elle les découvre parfois avec nous, en traitement. D’un autre côté, plusieurs d’entre nous auront des épisodes de raideurs périodiques et, habituellement, nous saurons cibler les points qui nous font tant pâtir!

Justement, quelques petites notions en relâchement musculaire pourront vous être utiles. Voici donc quelques trucs à essayer pour relâcher ces muscles obstinés:

  • Des pressions locales : Trouver la place la plus sensible (souvent ce que l’on appelle un «nœud») sur votre muscle et faites une pression continue pendant environ 1 minute. Attention, il n’est pas suggéré de faire ces pressions sur une période prolongée.  Pour les plus attentifs, vous pourriez même sentir un effet de dissipation sous votre doigt, ce qui indique un relâchement.

Si l’endroit est plus difficile à atteindre, demandez à quelqu’un de le faire pour vous. Si vous ne pouvez rester détendu pendant la manœuvre, relâchez un peu la pression.
Dans la région des fessiers ou du dos, vous pouvez remplacer vos doigts par une balle placée entre vous et le plancher ou le mur. La balle ne doit pas être trop molle pour être efficace. Une balle de tennis est un bon choix.

Sécurité : Il est important que vous sachiez qu’il est rare de causer une blessure avec ces techniques, à l’exception que vous demandiez l’aide d’Hugo Girard! Le massage est très sécuritaire, même si vous avez peu de notions d’anatomie. Toutefois, ne massez pas une contusion, un hématome ou  un endroit rouge et chaud.  Dans le doute, interrogez votre thérapeute.

  • De la chaleur : La chaleur diminue le niveau de contraction musculaire des muscles au repos et augmente la circulation sanguine locale.

Appliquez donc de la chaleur 20 minutes directement sur la zone tendue et ses environs.
Si vous n’avez pas de sac magique, une serviette mouillée mise au micro-onde quelques secondes peut faire l’affaire. Sinon, un bain chaud ou un jet de douche dirigé sur la zone tendue peut aider.
La chaleur s’applique particulièrement bien au torticolis, céphalées de tension, spasmes musculaires, soulagement des rhumatismes et aux tensions musculaires  en générales.

Sécurité : Évitez la chaleur si vous êtes blessés depuis peu ou avez une condition qui inclue une forme d’inflammation (chaleur, rougeur, œdème). C’est dans la phase dite subaigüe et chronique (lorsqu’il y a diminution des signes inflammatoires) que l’on commence à recommander l’application de chaleur. Dans le doute, demandez à votre thérapeute ce qui convient le mieux à votre situation.

 

Autre question fréquemment posée : pourquoi avons-nous des tensions musculaires? Pourquoi sont-elles parfois si tenaces? Sachez qu’il existe une multitude de réponses à cette question. Par contre, règle générale, une tension musculaire se développe dans un muscle qui est sollicité au-delà de son niveau d’endurance.
Les gens qui s’entrainent et qui dépassent  les limites de leurs capacités musculaires en savent quelque chose. C’est aussi vrai pour ceux qui ont des gestes répétitifs dans leurs tâches quotidiennes ou ceux qui doivent tenir une posture statique prolongée (peu de changements de position). Le travailleur de bureau s’étonne souvent de son niveau élevé de tensions en nous expliquant «qu’il ne force pourtant pas pendant la journée».  Nous répondons : « au contraire! » Les muscles travaillent très fort pour maintenir une même position 8 heures par jour sans arrêt. Par exemple, lorsque nous travaillons à l’ordinateur, les trapèzes travaillent souvent sans relâche pour maintenir la position de la tête. Or, plus la tête est avancée, plus les trapèzes seront sollicités. Par conséquent, la posture ne doit jamais être négligée et doit être considérée pour corriger la situation.

En conclusion, si vous avez des tensions précises et tenaces qui vous dérangent, n’hésitez à consulter un spécialiste en physiothérapie qui pourra vous aider à trouver les raisons de votre inconfort et à  trouver un soulagement durable. Aussi, pour les tensions générales, un massothérapeute qualifié saura bien répondre à vos besoins!

Et vous, avez-vous un truc à nous suggérer pour diminuer les tensions musculaires?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + vingt =